Recherche Accélération de la transition énergétique et urbaine

Projet RIVER

Dans le cadre de l’accélération de la transition énergétique et urbaine, et du développement de la transition numérique et industrielle, prévenir la pollution ou la valoriser via des transformations chimiques est un sujet en plein essor. Le projet Interreg North-West Europe RIVER est une réponse à cette problématique.

logo projet Interreg RIVER

Un projet innovant pour des unités fluviales moins polluantes.

Contexte

L’année 2019 a été la deuxième année la plus chaude de l’histoire et marque la fin d’une décennie (2010-2019) de chaleur exceptionnelle. Les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) enregistrés dans l’atmosphère ont atteint de nouveaux records en 2019.
La réduction de la concentration de CO2 dans l’atmosphère est une préoccupation majeure pour de nombreux pays dans le monde. La France a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de plus de 10 % entre 1990 et 2013 et s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de CO2 de 75 % en 2050 par rapport à 1990. La France s’engage dans de nombreuses actions dans les bâtiments (responsables de 16,5 % d’émissions de CO2), les transports (29 %), l’industrie (9,2 %), mais aussi de l’hébergement, l’énergie ou l’agriculture pour y arriver.

L’Union Européenne a récemment adopté des limites plus strictes pour les émissions des bateaux de navigation intérieure.

Laboratoire de recherche
Projet RIVER

Présentation

Le projet Interreg North-West Europe RIVER (Non Carbon River Boat Powered by Combustion Engines), dirigé par Abdel AITOUCHE, tend d’abord à réduire les émissions de gaz polluants puis à transformer le gaz résiduel en produits à forte valeur ajoutée.  Ce projet s’inscrit dans une volonté de l’Europe de réduire les émissions carbone.
L’idée proposée par l’équipe d’Alina Ghinet, en charge de cette partie liée à la transformation, a été de convertir le CO2 des fumées des bateaux en molécules à haute valeur ajoutée utilisées en cosmétique (gels non toxiques) et en thérapeutique (médicaments).

 

3 axes de Recherche
Economie de 25 litres à l'heure

Le premier champ de recherche a pour objectif d'améliorer le rendement d'un moteur. Comment ? En mettant en place un compresseur à oxygène sur la barge fluviale qui alimente l'admission d'air du moteur. Une barge consomme en moyenne 120 litres à l'heure en navigation, avec ce système elle pourrait économiser 25 litres à l'heure.

Captation et filtration des gaz

Le deuxième champ de recherche consiste à capter et filtrer tous les gaz d'échappement de la barge fluviale en les récupérant via un conduit dans une citerne située à bord. Les citernes sont ensuite acheminées dans un centre de traitement du C02.

Valorisation du C02

Le laboratoire de JUNIA travaille notamment sur cette partie du projet. A partir du C02, il est possible de faire des molécules organiques complexes qui peuvent intervenir dans les process de la pharmacie ou de la cosmétique.

En savoir plus Articles de presse et newsletter
Newsletter 1 Télécharger
Newsletter 2 Télécharger
Newsletter 3 Télécharger
Newsletter 4 Télécharger
Article de presse Télécharger
Contacts
Alina Ghinet alina.ghinet@junia.com
Abdel Aitouche abdel.aitouche@junia.com
Aller sur le site web de River
Tous nos projets de recherche
Numérique
SHIFT
Energies, Environnement
RIVER
Energies, Environnement
Live Tree
Agriculture
Smartbiocontrol
Textiles
TEXACOV

Ceci pourrait aussi vous intéresser

A écouter Nos podcasts "Prospective"

Découvrez notre chaine de podcasts qui interpellent le futur

Innovation Nos démonstrateurs

Découvrez ces lieux hybrides qui mêlent recherche, enseignement, innovation

Junia Rejoindre nos équipes

Découvrez toutes nos offres d'emploi